1/3

Homo sepia (B'har h'bar)

vidéo HD 4'30'', 2017
cast : Mohamed Ali Fahrat ; camera : Sabine Zaalene ; musique : Julien Mack

images © Sabine Zaalene

Un adolescent recouvert d’encre de seiche. Vision de face, les yeux fermés. Les reflets du soleil et mouvements de l’eau ricochent sur sa peau. Echo du corps de la seiche qui se revêt de zébrures luminescentes lorsqu’elle attaque. Voyage, immersion. L’encre se dilue et les yeux de seiche roulent au fond de la mer. 

L’encre, secrétée dans l’organe appelé «poche du noir» permet d’aveugler et de prendre la fuite. Composée essentiellement de mélanine, elle rappelle ce qui pigmente de nos épidermes.

Dans l’Antiquité, on compare l’encre de seiche à la bile noire, le fluide de la Mélancolie. Sepia signifie encre de seiche et renvoie au medium artistique. 

situation
Kerkennah est un archipel tunisien distant d’environ 150 km de l’île italienne de Lampedusa. Avec la chute de Ben Ali en 2011, l’archipel est devenu un lieu de départ privilégié pour les migrations vers l’Europe. Depuis les récents blocages des côtes lybiennes, départs, trafics et drames s’y sont intensifiés. De nombreux jeunes disparaissent.

 

 

réal SZ