1/10

Raphaëlle / Rafaela

une création sonore réalisée pour l'exposition "Raphaël Ritz Aujourd'hui."

une exposition du Musée d'Art présentée au Pénitencier de Sion 16.10.21 - 5.06.22

une invitation de Céline Eidenbenz, directrice du Musée d'Art et commissaire de l'exposition

Sabine Zaalene        écriture, voix, mouvements et enregistrements de ses mouvements de lames de patins

                                 sur la glace, composition sonore, pictogramme

Cosima Grand          traduction du texte et voix pour la version allemande

Simon Grab              enregistrement des deux voix

Gaétan Charles        mastering

Raphaëlle avec son écriture et ses mouvements sonores propose un voyage intime.

Une exploration dans les images de Raphaël Ritz, un étirement entre les temps géologiques et actuels.

Le mouvement de mes lames sur la glace trace et fait écho à la fonte des glaciers aujourd'hui.

Ma voix ? Une bande passante à trois Raphaël·le et à quatre ailes

Une Raphaëlle, des Raphaël, peintre, archange et narratrice.

Un pictogramme paysage pour franchir les mondes et les temps

 

Morceaux et parcours dans l'exposition

 

Raphaëlle (version française)

 

1. Salutation (1’30’’)

 

2. Pour voir, il suffit de se tenir au bord (2’)

 

3. Appliquer de la bile de poisson sur les paupières (3’)

 

4. Criquet, soleil couchant (2’30’’)

 

5. Une algue sensible à la lumière (3’)

 

6. Faire palpiter l’acte de voir (3’20’’)

 

7. Les fleurs du jardin alpin ne poussent pas à cette altitude (3’05’’)

 

8. Effet tunnel (2’20’’)

 

9. Le vertige permet-il de percevoir ? (3’)

 

 

Rafaela (version allemande)

 

1. Begrüssung (1’30’’)

 

2. Um zu sehen, reicht es am Rande zu sehen (2’)

 

3. Fischgalle auf die Augenlieder auftragen (3’)

 

4. Heuschrecke, Sonnenuntergang (2’30’’)

 

5. Eine Lichtempfinliche Alge (3’)

 

6. Den Akt des Sehens pulsieren lassen (3’20’’)

 

7. Die Blumen des Alpengartens wachsen in dieser Höhe nicht (3’05’’)

 

8. Tunneleffekt (2’20’’)

 

9. Hilft uns der Schwindel wahrzunehmen ? (3’)

Avec mes vifs remerciements à

Céline Eidenbenz pour son invitation et sa confiance

Maelle Tappy et les collaborateur.ices du Musée d’Art

Alain Mathieu pour ses nuances éclairant la correspondance de Raphaël Ritz

Nicolas Meisser pour son expertise géologique sur toiles

Patrick Elsig pour l’iconographie de la basilique de Valère, ainsi que Sandra Zinn pour ses visites éclairées 

Nicolas Kramar pour l’accès aux collections du Musée de la Nature inspirant mon pictogramme

Patrice Genet pour sa précieuse écoute musicale

Corinne Vionnet et Yann Gross, pour leurs précieux témoignages sur leurs oeuvres photographiques

AfficheRitz.png

réal SZ