1/1
Black sun on the glacier_m3.jpg

Black sun on the glacier,  2017-2018

68 x 40 cm, édition limitée, papier intissé et Rives, matière noire recueillie pour encre 

texte et écriture de Sabine Zaalene, impression Raymond Meyer

Sur l’étendue blanche du glacier, une matière noire se dépose, s’amasse, s’infiltre, partout. 

Noire, pesante, brillante, elle se compose de farine de roche, de matière organique, de méthane, de tout ce qui circule dans l’atmosphère. Avec tristesse, colère et nostalgie, je la recueille, ramasse, transforme pour sujet et encre de ce texte.

Je suis le soleil noir qui grave tes veines,

  toute l'eau ne peut pas étancher la soif,

  mais l'amour peut-être "

Par le réchauffement climatique, le glacier fond et libère de ses glaces du méthane emprisonné depuis des millénaires. Il devient ainsi, lui aussi, un agent du réchauffement climatique. Double peine.

Résidence Matza Aletsch 2017

Cf. Mélancolie, Aletsch I-III, Konkordiaplatz
 

réal SZ